Centre de pêche Sylvain Baril – Chez Baril ca mord en titi !

Histoire du Poulamon

Petit poisson des chenaux (prononcer « chno »):
Poulamon, ou petite morue, semblable à l’éperlan, que l’on pêche sous la glace des rivières gelées. 
Les Indiens le connaissaient déjà et selon la légende, la pratique de la pêche au petit poisson des chenaux – le poulamon – remonte à l’époque de la colonisation vers 1677. Déjà à cette époque, des cultivateurs avertis profitaient de la pêche miraculeuse de Noël. 
Il fut longtemps pêché sur les eaux du fleuve St-Laurent à la hauteur de La Pérade, mais surtout dans la région de Trois-Rivières. d’où il tire son nom de « poisson des chenaux ». En effet, à l’embouchure de la rivière St-Maurice. à l’endroit ou la rivière rejoint le fleuve St-Laurent, des îles divisent le St-Maurice en trois parties, d’où le nom des Trois-Rivières. Le poulamon était alors capturé dans le chenal de chaque branche du St-Maurice, d’ou le surnom « poisson des chenaux ».
Encore aujourd’hui, les touristes remarquent aux  Trois-Rivières le « boulevard des Chenaux », endroit magnifique qui tire son nom de l’époque ou le petit poisson y était abondant.
Malheureusement le progrès et l’industrialisation éloignèrent le Poulamon de la région de Trois-Rivières, et bientôt il migra vers des eaux plus propices à sa survie.   
Les régions de Batiscan et particulièrement de Ste-Anne de la Pérade devinrent alors des endroits privilégiés pour assurer le renouvellement de l’espèce. 
L’histoire plus récente du poulamon à Ste-Anne-de-la-Pérade commence plutôt à l’hiver 1939. 
Un Péradien travaillait un jour à couper des blocs de glace pour les glacières de ce temps lorsqu’il aperçu quelques poissons folâtrant sur le fond de sable. Au fil des ans, plusieurs gens construisirent quelques cabanes.  
 Les petits poissons firent parler d’eux dans le voisinage, puis leur réputation gagna les centres éloignés.  Comme les routes étaient fermées l’hiver, alors on venait à la pêche de partout par le chemin de fer du Canadien Pacifique.    
L’accueil était très pittoresque, on allait chercher les visiteurs en traîneaux à chiens. 
Il est à remarquer qu’à cette époque, tout était fait à la main, les outils électriques et à à essence n’existant pas encore. Cette tradition  se continue encore aujourd’hui, et malgré la modernisation, l’oeil averti remarquera le génie inventif dans les différents objets qui servent à rendre notre séjour plus agréable, à partir des   
lignes à pêche, faites sur mesure expressément pour le poulamon, jusqu’aux traîneaux spéciaux pour déménager les « cabanes » en passant par des échelles montées sur skis pour agencer le filage électrique dont sont dotés les chalets, sans oublier les toilettes chauffées et les restaurants transportables eux aussi, car il faut libérer la glace à la fin de la saison et tout réinstaller à la saison suivante.    
Dans les années 1960, l’accès routier amélioré facilita l’accessibilité. La renommé dépassa les frontières et depuis les années 1980, on parle de la « Capitale mondiale du poisson des chenaux » partout dans le monde.  
C’est  nickel (merveilleux) d’être dans une maison (cabane) de prendre une bière et une clope (cigarette) et de prendre du poisson par le plancher. 
Textuellement, voilà la réaction de copains de Suisse suite à leur expérience inoubliable.
Le soir, c’est tout un spectacle que de voir, du haut du pont qui enjambe la rivière Ste-Anne, ce village de petites maisonnettes multicolores étalées sur la rivière sur une distance d’un demi kilomètre. Si on se rapproche on voit s’activer, par les fenêtres, les mordus de cette pêche ou des personnes en quête de divertissements. Dans le silence de la campagne, on entend le rires, les exclamations de joie, c’est la fête.   
 Les filets de fumées qui s’échappent de chaque chalet, les automobilistes qui circulent lentement, les gens qui déambulent par plaisir et qui visitent d’autres pêcheurs, les enfants qui profitent des patinoires aménagées et de la glissoire, l’omniprésence de la neige et de la glace, sont d’autant d’éléments qui composent un décor unique et créent un effet magique incomparable. Cette scène de soirée d’hiver sur la rivière Ste-Anne, qui tient un peu de l’irréel, saisit le visiteur d’une impression réconfortante, se croyant pour un instant l’observateur privilégié d’un tableau imaginaire animé. 
Sources:
Association des pourvoyeurs de Ste-Anne-de-la-Pérade.
Le Nouvelliste
La Presse
L’écho de Louisseville
Le Soleil 
 Hier, aujourd’hui et demain  
Qu’arrivera-t-il de cette ressource incomparable? Hé bien, si le passé est garant de l’avenir, nos enfants et mêmes nos petits enfants pourront continuer à profiter de ce contact privilégié avec la nature.
Les Péradiens furent écologiques avant l’heure, depuis les tout débuts, ils furent respectueux de leur rivière. Ils la protègent et s’assurent que tout développement riverain la respecte. 
Ils partagent avec le public ce trésor, mais avant tout, les pourvoyeurs sont des amants de cette ressource, des gens admirables qui avec un travail acharné, perpétuent cette tradition.
N’hésitez pas à venir partager ce plaisir avec nous.

À Propos de nous


Entreprise établie depuis 35 ans maintenant familiale depuis une quinzaine
d’années.

Axé principalement sur l’activité de pêche aux petits poissons des chenaux (poulamons).
Chez nous, l’accent est mis sur la découverte de cette activité pour les enfants, tout les ingrédients sont mis en place pour leur faire découvrir la passion de la pêche aux poulamons, cette activité qui est d’ailleurs unique au monde, le pourquoi nous sommes LA capitale mondiale du petit poisson des chenaux.


Il ne faut pas oublier les pêcheurs invétérés qui se pointent à chaque année pour taquiner le poisson, soit pour le plaisir de faire de bonnes prises ou pour le déguster à la maison ou même sur place dans la chaleur de votre chalet.
Bienvenue à tous les amateurs de cette activité, que vous soyez débutant ou expérimenté, de tout les âges.

Notre site vous offre la possibilité de venir pêcher dans un endroit de la rivière ou la
profondeur peut varier entre 6 et 15 pieds d’eau, ce qui permet une meilleure
expérience de ramener le poisson plus longtemps que si vous le remontiez de
seulement 2 pieds d’eau.


Venez essayer de capturer la plus grosse prise de la rivière, qui
sait !


Bienvenue à tous !


L’équipe du Centre de Pêche Sylvain Baril !

 

 

Tarifs


TARIFS

Saison 2016-2017

 

 

Deux périodes de pêche de 10 hres sont

disponibles à chaque jour: 8h a.m. à 18h et

Heures Flexibles sur semaine

 

DU Lundi au Vendredi
inclusivement (min. de 60$)

Adultes 25,00$ par personne.

Enfants 12,50$(6-12 ans)

Tx incluses

 

Samedi et dimanche (min.
de 120$)

Adultes 30,00 $ par personne.

Enfant 15,00$ (6-12 ans
& Étudiants)

Tx incluses

0 à 5 ans Gratuit en tout temps

Bois et foie a volonté.

Crevettes 5$

– Possibilité de réserver pour
un anniversaire

– Groupes scolaires organisés
par l’école (primaires, sur


semaine) Élève : 12,50$
Enseignant : Gratuit

ARGENT COMPTANT SEULEMENT

 

Réservations

CENTRE DE PÊCHE
BARIL
Sylvain Baril
Pourvoyeurs
Chalets de pêche à louer


ARGENT
COMPTANT SEULEMENT

Directions


Directions pour vous rendre


chez nous:

map

GPS :
20 rue Ste-Anne
Ste-Anne-de-la-Pérade G0X 2J0

De l’Autoroute 40 sur la rive nord, prenez la
sortie 236 à Ste-Anne-de-la-Pérade.

À la SAQ (Société des Alcools du Québec),
tournez à votre gauche,

vous êtes sur la route 138, traversez le pont,
puis tournez immédiatement à droite a la lumière et ensuite

 Suivre les indications entrée #4.

À l’entrée #4, tournez à droite, descendez vers
la rivière et tournez une dernière fois à droite

sur la rivière, Identifiez le bureau #37 –
Sylvain Baril, nous vous y attendons

 

 

Galerie Photos

Recettes

 

Comment préparer votre poulamon

 

RECETTES

Friture de poissons
des chenaux

2 lbs (1 kg) de poissons des chenaux

Farine tout usage

1 oeuf + 1 jaune d’oeuf

2 c. à table (30 ml) d’eau froide

Chapelure Friture (environ 4 pouces ou 10 cm
d’épaisseur)

Morceaux de citron

Vider les poissons, leur enlever la queue et
les nageoires et bien les laver à l’intérieur.

Les assécher et les enfariner Battre à la
fourchette, l’oeuf, la jaune d’oeuf et l’eau.

Passer les poissons d’abord dans ce mélange,
ensuite dans la chapelure.

Laisser sécher les poissons sur une
clayette, 30 minutes à la température de la pièce.

Cuire les poissons dans la friture, chauffée
à 360OF (environ 185oC) jusqu’à ce qu’ils soient dorés.

Egoutter les poissons sur du papier
absorbant, les saler et les servir chauds avec

des morceaux de citron. (6 portions)


Gratin de poulamon

75 ml de vin blanc sec

125 ml d’eau

1 kg de poulamons

50 ml d’oignon vert haché

45 ml de beurre

45 ml de lait chaud

Fromage rapé

Sel et poivre au goût

Mélanger l’eau et le vin dans une casserole,
saler et poivrer. Ajouter les poulamons et faire pocher quelques minutes.

Retirer le poisson et détacher la chair
soigneusement. Passer au jus de citron.

Faire cuire légèrement l’oignon vert dans le
beurre. Saupoudrer la farine, assaisonner et laisser refroidir.

Incorporer le lait bouillant en remuant
bien; ajouter le liquide de cuisson des poissons et faire cuire le tout pendant
une vingtaine de minutes.

Hors du feu, ajouter les morceaux de
poissons. Répartir dans des petits plats allant au four ou dans des coquilles à
gratin.

Saupoudrer de fromage rapé et faire gratiner
dans un four préchauffé à 450oF.

On peut également ajouter une petite bordure
de purée de pomme de terre autour de la coquille ou

recouvrir entièrement la préparation au
poisson de purée de pommes de terre.


Le poisson frit

Le poisson frit est très facile à préparer.

Roulez dans la farine les poissons et
déposez-les dans une casserole avec du beurre tout simplement.

Chauffer (frire) jusqu’à ce que la peau
devienne dorée et que la chair se détache facilement.


Les oeufs de
poisson

Nos grand’mères conservaient les oeufs de
poisson pour en faire un plat qui forme

une sorte d’omelette bien dorée au goût de
caviar.

Pour environ un demiard d’oeufs, vous
employez: 2 cuillerées à table de farine, une

demie à 1 de tasse de lait.

Mélangez avec les oeufs de poissons. Faites
cuire au début dans le beurre sur un feu

moyen, pendant une dizaine de minutes;
terminez au four pendant au moins 30

minutes. Assaisonnez et servez.

(Les oeufs à l’état naturel sont de couleur
jaune ou orange tirant sur le rouge, ils

forment 2 masses faciles à détacher
lorsqu’on nettoie les poissons. Ça vaut la peine

de les mettre de coté, ils ont un goût très
raffiné. Essayez cette recette, vous ne le regretterez pas.)


Bouillotte

5 à 6 tranches de lard salé

3 oignons

7 à 8 patates (selon grosseur)

1 petite boite de macédoines

20 à 30 poissons de chenaux

1/2 demi boite de crème aux tomates et de
l’eau

sel et poivre

Faire rôtir le lard salé puis retirer.

Dans le gras, faire revenir un oignon
quelques minutes.

Ajouter par rang, les patates puis le reste
des oignons ainsi que la macédoine.

Cuire une dizaine de minutes et ajouter les
poissons et la crème aux tomates,

Sel et poivre puis ajouter de l’eau pour
couvrir le tout.

Cuire environ 10 minutes ou jusqu’à ce que
le poisson se détache facilement des arêtes.